Les premiers radars privés sont arrivés

dehan-schinazi-avocat-permis-de-conduire-radars-vitesse-societes-privees

Au mois d’avril 2018, les premiers véhicules-radars gérés par des sociétés privées ont commencé à verbaliser sur le territoire français. Lancés exclusivement en Normandie, ils seront généralisés à tout le pays à la mi-2019.

 

Le département normand de l’Eure ouvre le bal des PV privés

Vous roulez autour d’Evreux, dans le département normand de l’Eure ? Méfiez-vous : vous pourriez être flashé(e) par les premiers radars embarqués privatisés. Après des mois de tests sans que cela aboutisse à des contraventions, ces nouveaux dispositifs vont pouvoir officiellement résulter en l’émission de PV.

 

Des véhicules totalement banalisés

Bien malin qui saura distinguer ces voitures banalisées qui se fondent dans la circulation. Cette privatisation implique un unique chauffeur par véhicule, qui œuvre au cours de sa « tournée » en tant que salarié d’une société privée. L’itinéraire est fixé par la préfecture et cette nouvelle voiture, bardée de capteurs, est en mesure de lire seule les panneaux de vitesse.

 

26 véhicules privés pour 383 voitures des forces de l’ordre

Ces 26 véhicules privés s’ajoutent aux 383 voitures des forces de l’ordre comprenant un radar embarqué. Leur fonctionnement ? « L’ordinateur de bord croise ses données avec des cartes de l’institut national de l’information géographique et forestière (IGN) », explique la Sécurité routière. « Si les valeurs diffèrent, le système accordera le bénéfice du doute au conducteur ».

 

Chez l’association 40 Millions d’Automobilistes, on dénonce une « machine à cash », alors qu’au ministère de l’Intérieur, on se réjouit – et pour cause. De l’aveu même de Gérard Collomb, les radars embarqués dans des véhicules conduits par des forces de l’ordre ne fonctionnent que 1h13 par jour en moyenne. Les confier au privé permettra de pousser jusqu’à 8 heures par jour et, ainsi, de faire passer le nombre de flashs par an de 2 millions… à 12 millions.

 

Photo : LP/Yann Foreix

Voir toutes nos actualités