Vignette Crit’Air : les autorités vont riposter… mais pas tout de suite

avocats_code_de_la_route_dehan_schinazi_critair_paris

La vignette Crit’Air, qui classe les véhicules en fonction de leur niveau d’émissions polluantes, est obligatoire à Paris depuis le 1er juillet 2017. Mais depuis son entrée en vigueur, 61 PV seulement ont été dressés. Du côté des autorités, on ne compte pas en rester là…

 

Des PV pour absence de vignettes ou non-conformité

Le 15 octobre 2017, la préfecture de police de Paris a rendu publics les premiers chiffres des PV émis pour non-respect de la réglementation Crit’Air. Depuis cet été :

  • 25 contraventions ont été dressées pour absence de vignettes
  • 36 contraventions ont été dressés à l’encontre de véhicules non classés ou en catégorie 5, c’est-à-dire pour lesquels la circulation en semaine entre 8h et 20h est prohibée

 

« Les pastilles colorées ne fleurissent pas sur tous les pare-brise »

Le Parisien fait état de ce paradoxe :

 

Alors que la vignette Crit’Air est obligatoire depuis le 1er juillet 2017 pour circuler dans les rues parisienne – y compris pour les véhicules venant d’autres régions –, force est de constater que les pastilles colorées ne fleurissent pas sur tous les pare-brise. Loin s’en faut ! Et dans les rues, il n’est pas rare d’apercevoir des véhicules dotés d’une carte de stationnement résidentiel (donc, des habitants de Paris) sans… vignette Crit’Air. Au-delà du périphérique, ils sont encore plus nombreux à n’avoir pas encore commandé leur vignette.

 

Une réflexion menée par la préfecture de police de Paris et la mairie

Conclusion : pas de quoi effrayer les automobilistes en faute… pour le moment. Car du côté des autorités, on n’a pas tardé à réagir. « La préfecture de police réfléchit actuellement, en lien avec la ville de Paris, à un système de contrôle automatisé », a indiqué ladite préfecture. Des propos corroborés par la mairie elle-même : « Il y a bien une réflexion en cours entre la Préfecture de police et la ville de Paris pour un contrôle vidéo des vignettes aux entrées de Paris ».

 

Toutefois, on admet à l’Hôtel de Ville que cette parade n’est « pas pour demain ». En effet, la multitude de caméras à déployer couplées à un système de lecture de plaque et d’analyse de couleurs des vignettes semble plus relever de l’utopie que de la réalité. Mais cela, c’est toujours pour le moment…

 

Photo : E.Montgobert / EMAS

Voir toutes nos actualités