Le budget 2018 du gouvernement prévoit l’installation de 100 nouveaux radars



Le premier budget du quinquennat Macron a été rendu public à la fin du mois de septembre 2017. L’une des dépenses contenues dans le projet de loi de finances 2018 prévoit l’augmentation du « contrôle de la circulation et du stationnement routiers », en misant sur les radars et « la gestion du système de permis à points ».

 

Que dit précisément l’article 21 du projet de loi de finances pour 2018 ?

C’est l’article 21 du projet de loi, en libre accès sur le site officiel de l’Assemblée nationale, qui en précise les modalités. Il dit :

 

Le présent article a pour objectif de relever le plafond de recettes de la première section du compte d’affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers » de 58,85 M€. Le plafond de recettes de cette section passera ainsi de 249 M€ à 307,85 M€.

 

Cette section finance notamment l’installation et l’entretien des radars routiers et la gestion du système de permis à points. Cette augmentation du plafond de recettes permettra de mener à bien la politique de développement des radars conformément aux décisions prises lors du comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 2 octobre 2015 qui a fixé des objectifs à atteindre d’ici 2020. Il s’agit en particulier de poursuivre l’augmentation des contrôles sur les zones où les accidents sont particulièrement fréquents et d’augmenter le nombre de radars pour le porter à 4 700 à la fin de l’année 2018, contre 4 600 fin 2017, parmi lesquels de nouveaux types de radars apparaîtront (radars tourelles et radars urbains).

 

La dynamique des recettes du contrôle automatisé permet par ailleurs de rehausser ce plafond de recettes sans diminuer les ressources des autres bénéficiaires : collectivités territoriales, Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) et désendettement de l’État.

 

Un total de 4 700 radars à la fin de l’année 2018

Résumé : pour se conformer aux objectifs fixés avec le comité interministériel de la sécurité routière d’ici à 2020, le gouvernement souhaite installer 100 nouveaux radars. Cet ajout fera passer à 4 700 le nombre de points de contrôle dans l’Hexagone d’ici à la fin 2018. Pour ce faire, le gouvernement souhaite investir 58,85 milliards d’euros supplémentaires. Dès lors, il y a fort à parier que les radars rapporteront encore plus qu’un 2016, où ils ont valu à l’État de toucher un pactole de quelques 920 millions d’euros.

Photo : Sipa Press

Voir toutes nos actualités