Emmanuel Macron : son projet radars, péages, diesel…

Emmanuel Macron a des projets précis pour les conducteurs français : radars, éthylotest anti-démarrage, péages…

Tout au long de sa campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron a délivré ses propositions et projets pour les conducteurs français. Le cabinet Dehan & Schinazi Avocats les a répertoriés et classés en 6 grands thèmes.

 

Radars

Pendant la campagne, certains candidats comme François Fillon ou Benoit Hamon s’étaient déclaré contre le déploiement de nouveaux radars. Chez Emmanuel Macron, c’est l’inverse : auprès du magazine Auto Plus, il a manifesté son désir de voir apparaitre de nouveaux dispositifs sur les routes de France, « afin de garantir le respect des limitations de vitesse et de lutter avec sévérité contre les infractions à l’origine du plus grand nombre de victimes ».

 

Péages

Afin d’encourager le covoiturage, Emmanuel Macron souhaite :

  • ouvrir des voies dédiées à ce mode de transport sur certaines routes (ces voies pourraient également être empruntées par les bus et les VTC)
  • moduler le prix des péages d’autoroute en fonction de l’occupation des véhicules (plus les véhicules seraient remplis, moins élevée serait la note)

 

Éthylotest

Le nouveau président de la République française est-il pour ou contre les éthylotests anti-démarrage ? En avril 2017, il délivrait un discours en demi-teinte : « la réflexion doit être approfondie car sa mise en œuvre semble à ce jour complexe et coûteuse pour notre industrie ».

 

Professionnels

Instaurer « un droit à la déconnexion numérique » lors des trajets professionnels en voiture : tel est l’un des projets formulés par l’ancien président d’En marche ! Objectif : empêcher les professionnels de répondre à leur téléphone lorsqu’ils conduisent.

 

Écologie

Décriée par certains comme la grande absente de la campagne présidentielle, l’écologie a toutefois trouvé une place dans le programme routier d’Emmanuel Macron. Il veut :

  • aligner la fiscalité du diesel sur celle de l’essence en 5 ans
  • mettre en place une prime de 1 000 € pour remplacer des véhicules fabriqués avant 2001 et mis à la casse
  • que cette prime soit valable pour des véhicules neufs comme pour des véhicules d’occasion
  • que le système de bonus et de malus écologique soit maintenu
  • que s’accélère le déploiement des bornes de recharge
  • que plus aucun véhicule thermique ne soit vendu d’ici à 2040

 

Technologie

Le nouveau pensionnaire de l’Elysée ne cache pas son envie de voir éclore des voitures autonomes dignes de ce nom. Dans cette dynamique, il compte encourager les industriels français dans leurs travaux de recherche et de développement.

Voir toutes nos actualités